Le troupeau s’agrandit !!

Bonjour à tous !

En voici en voilà des nouvelles et des bonnes !

Des naissances ont eu lieu à la ferme des 8 vaches…..et des belles !

Nous pouvons donc compter non plus 4 mais 6 femelles au troupeau. Elles sont encore petites d’accord, mais sont déjà adoptées….

Les présentations :

la première arrivée est Buissonne (baptisée par mon Papi présent à l’instant T, le 26 mars ), fille de Mammouth.

La mise bas s’est très bien passée au tunnel, beaucoup de spectateurs et d’émotion !

 

La deuxième le 4 avril, baptisée Noiraude, vous voyez pourquoi. Fille de Azalée.

Pour Azalée c’était sa première mise bas (on dit primipare), tout s’est également très bien passé, mais nous n’avons rien vu… En effet je n’ai même pas eu le temps de stresser car quand je suis arrivée au petit matin, tout était fait dans le pré !

Voilà… Donc ici depuis 1 mois, on bichonne les nouvelles et les mamans… orge, luzerne, massage des mamelles. Pour Azalée une petite traite au début histoire de l’habituer….. et balade dans les prés tout frais du printemps !

Enfin, on attend Marguerite qui doit mettre bas le 1er juin…

Allez jeter un œil à la rubrique photos !

La traite va bientôt commencer, mais ça, ce sera dans les prochaines nouvelles !

La bise et bon printemps !

Et on vous souhaite une belle année !!

Les vaches et toute la compagnie ont attendu le premier (et peut-être dernier jour de neige…) pour vous souhaiter une belle et heureuse année !!

Ici l’hiver, ses chantiers et petits travaux continu. On attend les premières mises-bas pour fin mars.

Portez-vous bien.

 

 

 

 

 

Une belle première saison !

Un grand bonjour à tous !

Je ne suis pas très assidue aux nouvelles…. je m’en excuse ! En voici donc des fraîches !

Je vous ai laissé la dernière fois avec l’apprentissage du chariot de traite. Peu de temps après tout le monde était bien motivé pour circuler dans cette remorque à toit !

J’ai encore trait à la main quelques temps puis je suis passée à la traite mécanique. Traite au bidon trayeur, la pompe à vide étant alimentée par un groupe électrogène. C’est bien plus bruyant, mais plus rapide pour les vaches et plus confortable pour moi. Une petite baisse de lait en fût la conséquence (moins stimulant que la traite à la main) mais je n’ai plus mal aux mains…

Après avoir stocké et affiné les premières tommes, voici les premiers marchés, à Laroque de Fa le vendredi soir et à Soulatgé le mercredi !

Le fromage a beaucoup plu aux amateurs, mais n’ayant que peu de lait, donc peu de fromage, je ne peux pas tenir le rythme de deux marchés par semaine. Je fais donc de longues pauses en attendant que le stock se reconstitue…

A ma dernière apparition sur les marchés j’ai aussi vendu de la viande … Et oui, c’est la contrepartie de la production laitière, pour avoir du lait, il faut que les vaches aient des petits… Tuba est donc parti à l’abattoir. Un moment difficile.

Puisqu’on est dans les nouvelles un peu « bof »… J’ai pris la décision de ne pas garder Jaquotte. Elle est trop dangereuse car peu encline à se laisser manipuler … Après avoir persévéré, j’ai dû arrêter de la traire. Elle ne se laissait plus toucher sans envoyer les pattes ! Courant septembre elle suivra donc le même chemin que le veau. C’est difficile mais garder un animal qui n’est pas serein et non manipulable est beaucoup trop dangereux pour moi et tous ceux qui auront à s’occuper du troupeau.

Bon voilà.

 

Revenons à des choses plus gaies ! C’est bientôt la fin de la saison de production. En effet le tarissement approche (arrêt de la traite), Mammouth, Aphyllante, Jaquotte, et Marguerite ont bien bossé quand même !

Je vous envoie quelques chiffres !!

Grosso modo, car il y a eu pas mal d’autoconsommation ( quand même…!) et de tests ratés….

Il y a eu environ 50 tommes de 2 kg vendues, comptez une quinzaine de plus (raté ou mangé) : ce qui représente 1300 litres de lait. Puis environ 500 litres de lait cru vendus. Environ 200 litres auto consommés et caillé raté !

On peut estimer qu’elles ont produit 2000 litres de lait. C’est peu, mais c’était leur première année de production. Il faut attendre la troisième lactation pour que la vache soit à sa réelle capacité de production. Je les ai peu complémentées (un peu d’orge à la traite) et je suis passée rapidement en mono traite. Rajoutez le tarissement précoce de Jaquotte, et je n’ai pas trait Marguerite avant le départ de Tuba. Ce chiffre correspond donc plutôt à la production de deux vaches sur à peine six mois.

Je traie encore Mammouth et Marguerite, tout n’est donc pas fini ! Je refais un dernier stock de tommes pour une dernière série de marchés en septembre et après c’est les vacances pour les vaches !

Elles auront pour cette première année un long repos car les mises bas n’arriveront qu’en avril ou mai prochain !

Allez parlons reproduction !

Comme vous l’aviez compris, pas de taureau (troupeau trop petit et gérer un taureau, je ne suis pas prête !). C’est donc par le biais de l’insémination artificielle que mes vaches vont avoir des petits !

L’association de protection de la race Ferrandaise, avec l’aide de l’Institut de l’élevage IDELE (ou l’inverse..), a édité un catalogue des taureaux dont les semences sont disponibles pour l’insémination.

Les caractères génétiques de chaque animal y est décrit. Ce qui permet de faire son choix.

J’ai donc choisi Ubu, un taureau Ferrandais taché noir et blanc, qui donne en général des veaux de petites tailles (pour ne pas reproduire les mise bas difficiles de cette année !) et dont les filles sont réputées bonnes laitières (j’espère beaucoup avoir des femelles cette fois).

Les vaches sont en chaleur toutes les trois semaines environ. Il faut donc attendre les signes pour chacune d’elle. Et lorsque c’est le bon jour pour l’une ou l’autre, téléphone ! L’inséminateur intervient dans la journée. C’est rapide et pour le moment efficace !

Les mises bas seront un peu plus tardives que prévu au printemps prochain car les semences ont mis du temps à arriver dans l’Aude…en effet ce n’est pas courant dans notre coin de faire appel à l’insémination et encore moins en Ferrandaise !

Mises bas en avril et mai, plutôt qu’en février et mars, la gestation de la vache est de 9 mois.

Mammouth, Aphyllante, Marguerite et …. Azalée (pour qui ce sera la première) vont donc tranquillement peaufiner leur progéniture jusque là.

Pour finir,

Les débuts ont été difficiles, il y a eu beaucoup d’apprentissage à faire pour moi comme pour les vaches en un temps très court. Nous avons fait petit à petit connaissance, et ce fut long pour moi d’apprivoiser ces grosses bêtes.

Aujourd’hui le plaisir est bel et bien là ! Et je crois qu’elles apprécient leur vachère !

J’en profite pour remercier chaleureusement tous ceux qui ont mis la main à la pâte et qui m’ont soutenue depuis le début de l’aventure !! Ce fut très important pour moi !

Un petit mot sur Cendre (le chien de troupeau), elle a aujourd’hui neuf mois et est hyper motivée !! elle a très envie de s’occuper des vaches mais c’est très brouillon… ! Nous allons prendre quelques cours et peut-être que ça ira mieux !

les mises bas, le lait et la suite

Bon alors c’est parti !

D’abord les installations :
Tunnel et parcs de pâturage sont en place. L’aménagement du tunnel touche à sa fin… Foin et matériel sont rapatriés.
Les vaches ont leur étable ! Elles y mangent tranquillement leur foin à l’abri quand le temps n’est pas bon. Autrement, elles pâturent dans les parcs.

Les mises bas…
Dans l’ensemble elles se sont mal passées.

Les quatre primipares (génisse pour qui c’est la première mise bas) ont toutes mis bas et vont bien aujourd’hui. Malheureusement je n’ai qu’un seul veau, un mâle donc, il s’appelle Tuba !
Le premier vêlage, ce fut Jacquotte, le 7 janvier. Le veau est mort car on n’a pu l’aider à sortir. Il était trop gros pour sa mère.
Le second vêlage c’était Aphyllante, tout s’est passé très vite, mais le veau est mort né. Pas d’explication certaine.
Le troisième, voici Tuba, il y a maintenant 1 mois ! On a dû quand même aider Marguerite à le sortir car il était costaud… !
Et le dernier vêlage ce fut Mammouth qui l’a fait en pleine nuit, et même en dormant sur place et en se levant toutes les deux heures, nous sommes arrivés à peine trop tard…
Elle a réussi à faire son veau seule, mais encore sans être sûr de ce qui s’est passé, nous avons trouvé le veau mort.

Il y a donc maintenant trois vaches à traire. Bientôt quatre car Tuba passera les nuits séparé de sa mère pour la retrouver le matin après la traite.

Pour le moment je les traie à la main et transforme le lait à la maison pour faire des tests de fromage.
D’ici quelques jours le quai de traite avec les pots trayeurs sera prêt, et la fromagerie aussi ! Et ce sera parti pour les tommes et le fromage frais !
Ce n’est pas tout, elles ont leur petit caractère…
Jacquotte un jour ne s’est plus laissée traire…après la visite du vétérinaire et quelques exercices de contention, je ne la traie maintenant qu’une fois par jour la tête attachée à la barre d’attache… Vivement la traite mécanique dans le chariot…
Aphyllante a besoin d’une entrave aux flancs pour bien vouloir se laisser traire aussi sans bouger….
Mammouth est la plus tranquille ! Heureusement car pour elle, la traite est plus longue, c’est la meilleure productrice !
Pour Marguerite, je l’embête un peu tous les jours pour qu’elle s’habitue quand même à ce que je lui touche les mamelles et la traie un peu. Le reste c’est pour Tuba.

En ce moment c’est, matin et soir, exercice d’acclimatation au chariot de traite, Aphyllante et Marguerite ont compris le principe … Plus que trois à habituer !

 

Et….nous avons aussi maintenant un futur chien de travail !

Cendre, chien berger d’Auvergne, complète la panoplie !   un tour sur le site de la race : http://chienbergerdauvergne.jimdo.com/

DSC00433

Pour l’histoire en image rendez-vous à la rubrique photos !

Des nouvelles rapides

Salut à tous !
bientôt des nouvelles un peu plus conséquentes de la ferme des 8 vaches !
Il se passe plein de trucs, des bonnes et des moins bonnes nouvelles….et les journées sont trop courtes !
Mais dans l’ensemble ça va !
Je prend le temps de vous parler un peu plus longuement le plus tôt possible.

Des bises

Maëlle

Elles sont arrivées !

Elles sont arrivées lundi soir, après un long et fatigant voyage en camion…

Les voilà donc dans les Corbières, en forme et assez calmes.

Arrivées de nuit, nous les avons attaché à la chaîne dans le corral. Stress et émotion au rendez-vous !
Elles ne se connaissent pas toutes, cela leur permet de se voir et se sentir sans pour autant se rentrer dedans !

Et depuis 2 jours nous faisons connaissance. Je les abreuve au seau et les nourrie au foin.
Aujourd’hui première sortie dans le premier parc, découverte des odeurs des landes….thym, lavande et genévrier…elles ont goûté le chêne vert, et apprécient !

Le stress retombe tranquillement autant pour la nouvelle éleveuse que pour les vaches.

Pour compléter la panoplie, hier au soir est arrivé le chariot de traite.

Donc voilà, on y est !

Le prochain chantier est le montage du tunnel…affaire à suivre!

LES PHOTOS AU RAYON PHOTOS !!!

Total du financement solidaire, c’est terminé !!

 

Et…

 

 

Merci à tous pour vos encouragements oraux ou financiers, ou les deux !

Nous avons dépassé la somme espérée !!

IMG_1634

Les vaches vont arriver avec du retard…il y a la FCO (Fièvre Catarrhale Ovine) en Puy de Dôme, qui a été détectée sur des bovins. Tout transport d’animaux est suspendu pour le moment.

Mes vaches vont bien mais je ne peux donc pas les faire venir tant que l’interdiction n’est pas levée….

à suivre …

Ensuite,

Le permis de construire pour le tunnel est en cours…

IMG_1595

J’ai trouvé la tonne à eau, le tracteur et le tank à lait !

photo 1 (2)

Le premier chantier clôture est lancé !

Par un heureux hasard j’ai trouvé le chariot de traite mobile, dans le Puy de Dôme, à côté de mes futures vaches…il va falloir organiser le transport aussi !

salle traite gernut

C’est le même modèle que la photo ci-contre !